A+ A A-

Expression politique

Retrouvez ici les textes diffusés dans le bulletin municipal Saint-Jean Mag’

Angériens et fiers d’agir (novembre/décembre 2018)

Tribune parue dans le bulletin municipal n°26 de novembre/décembre 2018

L’union sacrée pour le thermalisme

Après avoir abandonné le développement du thermalisme, sous le précédent mandat, les élus d’opposition usent de tous les moyens pour tenter vainement de faire capoter le projet que nous portons. Comme pour chaque dossier d’importance, leur action se résume en trois mots : dénoncer, dénigrer et détruire.
Faire courir de fausses informations sur la santé financière de VALVITAL, contacter son concurrent direct afin qu’il se positionne, écrire au Préfet pour contester la légalité de décisions municipales, tels sont les quelques exemples du comportement de nos oppositions sur le dossier thermal.
Et pourquoi cela ? Tout simplement parce que ce dossier n’est pas le leur.
Ils seraient pourtant bien inspirés de se battre à nos côtés afin, pour une fois, de penser à l’avenir économique de Saint-Jean-d’Angély. Les Angériens ont quant à eux bien compris, qu’au-delà des clivages politiques, seule l’union sacrée doit primer pour la pleine et entière réussite de ce projet.

 

Saint-Jean d’Angély en marche (novembre/décembre 2018)

Tribune parue dans le bulletin municipal n°26 de novembre/décembre 2018

Quel gâchis !

Depuis toujours, une majorité en difficulté accuse l’opposition de « s’opposer pour s’opposer ». Notre maire use et abuse de cette formule pour nous dénigrer. Aujourd’hui, les « sages » de la Chambre Régionale des Comptes confirment notre point de vue sur la gestion de l’EPCC Abbaye Royale. « Impréparation », « incompétence », écrivent-ils dans un rapport au vitriol. Et le Préfet, pour refuser la vente de la caserne Voyer à Valvital, pointe, comme nous l’avons fait, le non-respect de l’estimation de France Domaine. Le maire n’en a cure et poursuit ses invectives…
Le plus grave n’est pas là. Dans le premier cas, deux millions d’euros d’argent public n’ont servi à rien. Dans le second, la Ville a perdu plus de six mois dans un dossier qui fait l’unanimité et dont dépend une partie de son avenir.
A l’Eden, les factures s’accumulent déjà. Nous avions dit -sans être entendus- qu’il serait coûteux… Mais là, il est trop tard… Les Angériens devront, chaque année, payer la note…

 

Saint-Jean autrement (novembre/décembre 2018)

Tribune parue dans le bulletin municipal n°26 de novembre/décembre 2018

GASPILLAGE D’ARGENT PUBLIC !

L’aire de camping-cars (140 000 €) n’est pas gérée et tout est gratuit depuis 1 an ½.
29 000 € sont dépensés pour nettoyer l’EDEN et on ne sait pas combien coûtera cet équipement en fonctionnement.

La cour des comptes épingle sévèrement la gestion de notre ville et celle du projet culturel en décrivant : « OPACITÉ DES DÉCISIONS prises, PILOTAGE BUDGÉTAIRE NON MAÎTRISÉ, ANOMALIE dans la PASSATION DES MARCHÉS PUBLICS etc… ».

Alors que l’aide de tous les élus serait utile pour gérer au mieux les affaires de la ville, Mme Le Maire n’écoute pas nos conseils, ne répond pas à nos questions et s’isole dans ses contradictions.

 

Voir les anciennes tribunes